Résiliation, résignation

A l’impossible, nul n’est tenu.

Et bien si. Chaque fois que vous souhaitez vous défaire de votre laisse électronique, durant la promenade qui dure souvent 24 mois, avec votre opérateur mobile. Car le grand maître opérateur (Orange, Bouygues télécom, SFR, que sais-je encore?) ne se laisse pas abandonner comme ça.

Ainsi, vous jettera t-on à la truffe ce sacro-saint principe de fausse liberté contractuelle : « le client peut mettre fin au contrat pendant la période initiale d’engagement pour un motif légitime ».

Qu’est-ce qu’un motif légitime ? Et bien c’est un motif rarement avéré qui aboutit à ce que presqu’aucune résiliation ne soit possible ; aussi me propose-je de réfléchir avec vous sur les façons de se procurer les clés pour vous affranchir ainsi du grand méchant opérateur.

1° en cas de licenciement pour le Client en contrat de travail à durée indéterminée, victime d’un licenciement ;

Bien entendu, il vous faudra produire la lettre de licenciement dûment motivée à votre opérateur. En espérant pour vous que le motif est d’ordre économique ou du moins pas trop honteux car si le licenciement est dû à un harcèlement moral d’un manager pervers narcissique à l’endroit d’un collaborateur tombé dans la dépression et la dégradation de la confiance en soi, ça la fout mal.

Et le service résiliation de l’opérateur va se régaler lorsque l’un de ses membres lira tout haut, à la machine à café, ladite lettre retraçant ces agissements dégoutants :

« Monsieur,

Suite à votre entretien préalable du 5 mai dernier, je vous confirme les termes de celui-ci, et notre intention de vous licencier pour faute grave. En effet,  vos agissements consistant à vous faire passer pour une magnifique blonde sur Meetic pour séduire virtuellement votre collaborateur, déjà dépressif après une rupture sentimentale, et ainsi jouer avec ses émotions et son état psychologique en le séduisant à deux reprises pour le quitter virtuellement à deux reprises aussi, caractérisent un harcèlement moral.

En effet, votre collaborateur, dont le poste de travail faisait face au vôtre, dans le cadre d’un open space, s’était confié à vous s’agissant de sa déception sentimentale et de ses rencontres virtuelles, ce qui vous a donné l’idée d’entreprendre un jeu malsain, qui nous paraît justifier votre licenciement pour faute grave en ce que vos agissements ont eu pour conséquence de porter atteinte à sa dignité et d’altérer sa santé mentale ».

Allez produire ça à SFR, ils vont de délecter autour du petit expresso. Mais bon, la clé de la cellule contractuelle est à portée de main, le harceleur aurait tort de ne pas s’en servir pour résilier son contrat d’abonnement, surtout lorsqu’on contemple les autres cas de résiliation.

2° en cas de surendettement pour le client confronté à des difficultés financières ayant donné suite à notification de recevabilité en Commission de surendettement des particuliers.

Ca n’vaut peut-être pas le coup d’en arriver là. Néanmoins, si ce cas d’exonération vous tente, il y aura lieu de fournir tout courrier de la Banque de France : notification de recevabilité ; proposition de plan conventionnel ; notification de plan. Bref, résilier votre contrat d’abonnement ne sera plus une priorité, étant donné que vous en prenez déjà pour 10 ou 15 ans de remboursement. Mais c’est comme vous voulez.

3° en cas de déménagement en France métropolitaine pour le client déménageant de la résidence principale dans une zone en France métropolitaine où le service est inaccessible depuis son nouveau domicile.

Je préfère vous prévenir : ce motif vise exclusivement les déménagements en Creuse. En tout état de cause, il vous faudra produire la copie du contrat de bail ou le titre de propriété justifiant de votre déménagement dans ce coin (trou ?) reculé dans lequel l’opérateur tentera tout de même de vous prouver par A+B (même si des lettres ne s’additionnent pas !) que « oui c’est inaccessible actuellement mais en fait non, ou du moins pas vraiment, parce que le dégroupage machin chouette couplé à la puissance Wifi du département voisin et compte tenu de la rotation terrestre et de l’effet de serre, l’inaccessibilité est accessible en fait bla bla ».

4° en cas de maladie ou handicap rendant impossible l’usage du service ;

Attention, les petits malins : on ne se précipite pas pour se couper une main afin de faire valoir l’impossibilité d’utiliser le service. Car on vous fera de toute façon passer des tests pour savoir si vous êtes gaucher ou droitier. Quel handicap ou maladie choisir dès lors ? Un petit truc léger et efficace ça serait bien ; le problème est qu’à part des pathologies graves, de type cécité ou paralysie, votre opérateur ne vous laissera pas partir comme ça.

Un petit conseil dès lors : possesseur d’iPhone et de Blackberry en particulier coupez-vous les pouces. Faire de même avec les index pèsera plus lourd dans votre dossier.

5° en cas de mise en détention dans un établissement pénitentiaire pour une durée minimum de trois mois ;

Voilà, il faut en prendre pour trois mois ou plus. Choisissez bien le délit sans trop charger votre casier judiciaire quand même, il ne s’agit que de résilier un abonnement téléphonique. A titre personnel, j’opterais volontiers pour attendre tranquillement la fin de l’abonnement, quitte à raquer. Surtout que tout cela se justifie : justificatif de résidence en milieu carcéral. Ne me demandez pas auprès de qui cela se requiert au sein de l’Administration pénitentiaire. Au mec en uniforme qui a le plus de clés à son trousseau ?

6° en cas de décès du client.

Ils sont trop gentils ces opérateurs. Moi j’aurais été plus restrictif en prévoyant « en cas de décès du client sauf ressuscitement intervenus dans les 3 mois ». Faut dire qu’il y a tellement d’abus.

8° en cas de force majeure, au sens de la jurisprudence de la Cour de cassation, affectant le Client.

Alors, là, sachez-le, vos opérateurs se foutent de vous car ce cas d’exonération n’est quasiment jamais reconnu par les tribunaux. Et pour cause, les critères (cumulatifs) sont l’extériorité, l’imprévisibilité et l’irrésistibilité. A moins d’un séisme générant une catastrophe nucléaire, vous serez donc toujours lié à votre opérateur.

Chers opérateurs, à l’impossible nul n’est tenu, sauf dans vos conditions générales de ventes. Je prône, face à ces clauses abusives, l’usage de la fraude. Et je vous prie de constater que bien que n’ayant pas coupé mon pouce ou mon index, c’est de mon plus beau majeur dont je me pare pour, au nom de tous ceux de la gueule desquels vous vous foutez, vous le présenter bien érigé.

Publicités

Une réflexion sur “Résiliation, résignation

  1. bonjour!
    desole mais peut etre que ma question est idiote mais je ne comprend pas la phrase: en cas de surendettement pour le client confronté à des difficultés financières ayant donné suite à notification de recevabilité en Commission de surendettement des particuliers.
    Ayant moi meme des problemes financiers, j’aimerais resilier de mon contrat sfr!
    seulement je suis etudiante et je n ai encore jamais travailler donc l’excuse du chomage n est pas valable pour moi ^^!
    que dois je faire a vote avis
    merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s