K’fé d’aujourd’hui, Paris 12ème

K’ Fé d’aujourd’hui, Paris 12ème, Jules et Théo

Un verre de Chablis pour Jules ; Une Heineken pour Théo.

 –      Oui mais moi, j’aime trop l’excès. Non, en fait c’est l’excès qui m’aime bien. Plutôt bien même. Je sais pas boire qu’un verre, ne sais plus fumer que trois clopes par jour, et quand je fais du sport, c’est la préparation olympique ou rien du tout.

–      Et la demi-mesure, Jules tu connais ?

–      Ben non, c’est tout ou rien. La demi-mesure m’ennuie. Bon, en parlant de demi, on trinque là ?

–      A la tienne, mec.

–      Ouais, à la tienne …. Et toi, comment ça va ?

–      Toujours pareil, comme ci comme ça, la bonne demi-mesure pour le coup.

–      Et avec Rita ?

–      Oh Rita ça va, elle rêve toujours de mariage …

–      Et t’en penses quoi ?

–      L’idée me plaît ….

–      Mais …

–      J’veux bien me marier mais j’aurais jamais les moyens de divorcer.

–      Pfff, t’es con … t’es pas prêt de convaincre un curé de l’authenticité de ton engagement.

–      C’est pas mon délire de toute façon, moi j’me marierai à Vegas entre une table de poker et une machine à sous.

–      Pas mal comme symbole : un mariage entre l’autel du bluff et celui du hasard, c’est du bon mariage mort dans l’œuf ça.

–      C’est quoi c’t’expression … mort dans l’œuf ? C’est dégeulasse ?

–      Ben, j’sais pas t’as jamais entendu ça ? C’est comme dire … euh … bah c’est simple, y’a pas d’équivalent.

–      C’est crade quand même, j’imagine un poussin tout chelou.

–      Bon, on s’en fout, c’est Vegas ou rien du tout alors ?

–      T’es gonflé avec ton air moralisateur, t’as peur que j’t’invite et que tu sois pas capable de contrôler ton excès face aux machines à sous ?

–      Sympa le coup bas !

–      Ok, désolé, c’est juste que chaque fois que j’évoque cette possibilité de mariage, tous mes interlocuteurs me renvoient à mon indécision. C’est chiant car je l’aime à la folie Rita mais y’a un truc qui bloque, je sais pas quoi.

–      Le compte en banque, donc.

–      Bah y’a pas que ça …

–      T’es pas sûr de toi ? de Rita ?

–      T’étais sûr de Claire quand tu t’es marié, Ju’ ?

–      Je me suis pas posé la question, c’était elle, c’est tout.

–      Comment tu savais que « c’était elle, c’est tout » ?

–      Ca se sent ces trucs là, la confiance, la loyauté, notre amitié …

–      Ah ouais, tout ça ?

–      T’as pas confiance en Rita?

–      Si, globalement, mais tu vois, on n’sait jamais vraiment.

–      Moi, j’ai confiance en Claire. On fête nos 5 ans de mariage, le 20.

–      5 ans de mariage, c’est quoi ?

–      C’est déjà pas mal.

–      Non, c’est les noces de quoi, j’veux dire ?

–      Euh, de bois … noces de bois je crois. J’en toucherai pour que ça dure comme ça encore longtemps.

–      Ravi pour toi mon Julot, j’aimerais être aussi certain que toi, mais je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est si fragile les relations amoureuses, j’ai l’impression que ça peut péter pour un rien, qu’on peut vivre des mois entiers avec une personne qu’on croit heureuse et qui ne l’est pas en fait, ou qu’un tiers peut passer par là, au moment où on est moins dedans et que tout soit foutu en l’air pour un plan cul, ou pire pour des sentiments ; ça me fait vraiment flipper.

–      Ne considère pas ton engagement à la lumière de ces craintes là.

–      J’aime bien quand tu parles comme dans Psychologies magazine.

–      Nan, vraiment, c’est comme rester chez soi en pensant qu’on peut attraper un rhume, faut pas s’empêcher de vivre non plus. Et puis, il arrive ce qui doit arriver.

–      Genre tu finis nécessairement cocu …

–      Bah, j’sais pas, certes ça m’emmerde de me dire que ça peut arriver mais je ne m’imagine pas vivre ma vie entière à m’attendre au pire. Et puis, c’est toujours ceux qui redoutent le plus l’adultère qui y succombent les premiers.

–      Toujours ?

–      Façon de parler, souvent quoi, désolé j’ai pas de statistiques à te monter.

–      En tout cas, j’attends un peu pour Rita, histoire qu’on ait de bonnes fondations.

–      C’est ça, fonde, l’essentiel c’est que tu sois sûr et cert …

–      Oh mais t’as l’iPhone 4 là ?

–      Euh, ouais.

–      T’en es content ?

–      Ouais, j’aime bien : il fait tout comme le 3, la vidéo en plus.

–      Je peux regarder tes appli ?

–      Bah ouais.

–      C’est quoi ça Oizam ?

–      C’est pour la forêt, les oiseaux, tout ça …

–      ???

–      Bah tu connais Shazam ? bah là, quand t’entends un oiseau, Oizam reconnaît direct l’espèce.

–      Arrête tes conneries.

–      Ben si, j’tassure, il te donne la fiche sur l’oiseau, ses caractéristiques et tout.

–      Ouah, ça atteint un peu le cerveau les noces de bois quand même ! Mais t’as combien d’applications là … l’excès tu disais ? Purée, t’as même une application anti moustique ?

–      Hum …

–      Et « Evolution calendar » ?

–       ??? … Montre … nan, c’est « Ovulation calendar ».

–      Rapport à la ponte des oiseaux ?

–      Couillon !

–      Vous cherchez à avoir à un bébé avec Claire ?

–      Ouais Sherlock, on essaie de mettre un bébé en route, comme on dit joliment. C’est un peu galère, Claire fait une fixation là-dessus. Ca fait 4 mois, autant dire que c’est frais et que y’avait pas urgence à ce que Claire me colle « Ovulation Calendar » sur mon téléphone.

–      Félicitations !

–      Attends, c’est pas fait. D’ailleurs, je vais te laisser Théo, c’est un soir où faut pas louper l’œuf ! 

–      Ton amour pour les oiseaux te rend parfois classe.

–      Oui, je sais, j’aime pas parler comme ça en plus. Surtout que c’est jamais une corvée, loin de là. Bon, le coup des jambes au mur à la fin, ça fait toujours un peu bizarre, mais je sais qu’on prend du plaisir à chaque fois.

–      Et ben, tant mieux, moi avec Rita, c’est la seule chose dont je sois vraiment certain aussi.

–      Alors tu vois Théo, tu la rends heureuse ta Rita.

–      Bah, y’a pas que le sexe … et comment tu sais que Claire aime à chaque fois ?

–      Grâce à mon application « Come up », ça mesure le degré de jouissance.

–      Oh putain, ça existe ça ?

–      Nan, j’déconne mon Théo … s’il vous plaît, on peut avoir l’addition !

–      Laisse c’est pour moi, on se voit avec les filles la prochaine fois ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s