Rock en Seine : frocs en scène

Rock en Seine, le festival annuel rock parisien, est le rendez-vous incontournable des trentenaires et quadragénaires franciliens (et moins, et plus si affinités) assez propres sur eux et qui, voulant rester in, s’offrent l’occasion pendant un, deux ou trois jours (choisis ton forfait) de devenir des gens ordinaires : des festivaliers.

La meute ;

Le port du froc dégueulasse d’emblée ou qui le devient, surtout par temps de pluie ;

La consommation de Kro’ à 5,50 € (ou de la 1664 Blanche à 7€) dans le gobelet en plastique, à l’effigie du festival,  consigné 1 € ;

Et et et … les V.S.V. : vicissitudes du soulagement de vessie. En particulier les interminables files d’attentes pour aller uriner dans d’horribles toilettes (il paraît). Ou plutôt : le choix ou non des files d’attentes pour aller pisser.

En effet, rappelons que la nature a commis, à jamais, deux injustices majeures entre les femmes et les hommes :

Les femmes portent (seules) et accouchent (seules) les enfants,

Les  femmes ont besoin de se déculotter, de s’assoir pour faire pipi, et donc de temps pour ce faire et, donc encore, d’être un tant soit peu à l’abri des intempéries et des regards d’autrui.

Forcément, lorsqu’elles évaluent l’attente à une heure, les festivalières contemplant à 10 mètres de là les garçons superbement alignés face à la palissade, ont concomitamment des envies de bastonner Dame Nature et de lui dire merde en s’affranchissant des coutumes habituelles contraignantes, comme celle de faire la queue (elles ont déjà tant fait preuve de patience cet été sur les aires de repos).

Aussi a-t-on pu voir, lors de ce Rock en Seine 2011, deux sortes de frocs en scène :

Ceux, bien connus, qui restent sur les fesses de leur porteur, ceinture/braguette ouvertes devant, et accomplissant le vidage de vessie réglementaire, en tournant le dos ;

Ceux de celles, fesses à l’air et se cachant derrière un rideau de fortune (merci le gilet) tenu par la copine (merci l’accessoiriste), échouant sur des chevilles tremblante à force de garder l’équilibre depuis 2 minutes. Bien oui, ce qui prend habituellement 20 secondes, seule, prend 120 secondes parmi 30 000 personnes. Et je trouve ça pas mal du tout, car je mets autant de temps alors que je suis de la première sorte  de frocs.

Mais que l’on se rassure, Rock en Seine est à ce point gentil et bon enfant (une seule baston recensée : deux frangins anglais d’un même groupe, en 2009) que l’on peut trouver cette scène de frocs, de prime abord, assez bizarre et puis, finalement, complètement dans le ton du festival (NdA : prière de ne pas faire ça à un festival celte, hein !).

Dès lors, outre des rangées de dos d’hommes, les filles de la file d’attente voient désormais des fesses de femmes, et se disent que jamais ô grand jamais, elles ne s’adonneront à ce spectacle dégradant et qui en plus mouille les fesses … (déjà qu’elles s’interdisent le topless sur plage, c’est pas pour être cul nu dans un parc).

Du moins de jour.

Car, à la nuit tombée, et compte tenu du fait qu’on ne peut décemment pas acheter sa pinte de bière et foncer vers la file d’attente des toilettes pour l’y siroter, juste pour optimiser son temps, l’on constate une entorse toujours plus généralisée faite au principe selon lequel « je-préfère-encore-faire-la-queue-pendant-une-heure-que-de-pisser-cul-à-l’air ».

On voit même des filles bouder la palissade pour préférer faire un pipi entre un stand SFR et celui du Conseil général d’île de France. Si si : ma chérie.

Mesdames, oui vous Mesdames, aux frocs qui touchent l’herbe : j’aimerais juste vous dire que, vos fesses à l’air, c’est ce que j’ai vu de plus rock n’ roll lors cette dernière édition de Rock en Seine, et rien que pour ça, je vous présente mes hommages et respects les plus sincères. 

Et spéciale dédicace à celle qui s’est contrainte à se désinhiber et qui a, quelques minutes plus tard, fait la queue avec son chéri pour qu’il fasse un pipi à l’abri.

Ça a bien dû arriver.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s