Et tes yeux

Et tes yeux, oui les deux, oui les bleus
Allument un incroyable feu
A nos hivers que tu rends clairs
A nos étés où je suis trop père, trop ton contraire, autoritaire
Pourtant je t’flaire
Et puisque tes yeux, oui les deux, oui les malicieux
Seront un jour perchés dans les cieux
Comme les miens, moi ton vieux
Vis sur cette terre
Ta première vie et la dernière
Chasse l’ennui, tue les entraves
Sois beau et luis, sois brave
Cherche la lumière, ne sois pas esclave
Sois franc, sois toi, sois roi
Sois lent, ne sois pas moi ni émoi
Bien oui, tu tomberas, ici puis là
Une fois, dix ou cent
Mais mords là cette vie, sois existant
Pas exigeant ni absorbant
L’homme dans le miroir
Devra refléter l’espoir
Pour notre condition
Nous les animaux aux mauvais cerveaux
Mais pas de vaine adoration
Sois riche des autres
Sois riche des gens
Pitié, fuis l’argent
Car tes yeux, oui les deux, oui les gracieux
Doivent rester facétieux
Devenir quelque peu sérieux
Jamais vitreux, guider vers le beau
Comme des phares pour les bateaux
Qui ramènent au port
Éloignent des tempêtes, de la mort
Guide autrui, fuis les truies
Trouve ta jolie, ton amour infini
Me demande pas comment ça marche
J’ai jamais su conduire une arche
Moi ton vieux, j’aime tes yeux, oui les deux, oui les mystérieux
Où vit mon mieux, où loge le précieux.

Publicités

2 réflexions sur “Et tes yeux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s