Crash

Oh dans mon pauvre monoplace
Les bosses prises sont ton atroce
Dans mon tacot fugace
T’aimerais cesser l’auto-stop

Oh sur cette route égoïste
Ces lassants lacets de virages
Hasardeuses sorties de routes tristes
Jusque-là sans grand dommage

Ce vide sous la corniche
Nous appelle, nous hante
Pourquoi faut-il que nos deux corps s’y nichent
Y aller seul tuerait tes blessures béantes

A mort mes aiguillages
Qui n’rencontrent jamais tes plages
Je n’écoute pas les passagers
Je n’écoute pas : c’est mensonger

Je ne vois, j’en suis sinueux
Qu’une bouche grande et menteuse
A trop pointer mes yeux nus vers le feu ?
D’humeur crashante, oh nauséeuse
A trop pointer mes yeux nus vers les cieux ?
Je t’agresse, t’es aboyeuse.

Ce vide sous la corniche
Nous appelle, nous hante
Pourquoi fallait-il qu’un jour tu me croies riche
Je suis un pauvre cœur qui dévalise les pentes

Tu descends là, pauvre de moi,
Hitch-hiking’s done, and then I’m gone.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s