Je quitte la beauté

Je quitte la beauté, celle que vous m’avez prêtée, Je quitte la beauté, celle que je ne saurais assumer, En faire commerce me desservirait, J’en fait donc des pièces où l’on vivrait, où tu m’aimerais.

Oh bien oui, j’ai su z’ en jouer, les accords n’étaient pas parfaits, Et bien oui, je les ai parfois aimés, ces compliments surévalués, Mais ce n’est que reniés que je sais mieux les apprécier.

Je quitte la beauté, la fausse, je me défausse, je la jette à la fosse, Je quitte cette inutilité, cette pression, Je l’abats, la mets à bas, à plat, Il sera doux pour les souliers souillés ce nouveau paillasson.

Je trouve la beauté, celle qui n’est pas visible, J’en fais une amie, une alliée, je suis nu z’ et lisible,

Je trouve la beauté,  La vraie beauté, La beauté cachée par l’autre, quel drame ! La beauté décrite par les femmes, Quelle prouesse physique à l’aide de l’une d’elle, De trouver, dans un ciel, enfin son âme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s