Dans mon grand lit, tu ne viendras plus

Elle, phallique, elle, tragique,

Elle, bien ronde, bien cylindrique,

Se déshabillait sur mon seuil,

Pour n’être réduite qu’à filtre,

Pour se faire bouffer la feuille,

A m’en rendre asthmatique,

Elle suppliait que je la cueille.

Me faire quitter la vie plus vite,

Etait-ce si volcanique ?

Adieu créature,

Qui viole les cortex,

Adieu vomissure,

Monstre aux deux sexes,

Couchant jusqu’à l’usure,

Dans des élans, comme des réflexes.

Mes doigts gardaient souvent,

Le souvenir des fumantes étreintes,

Durant lesquelles je redoutais,

Qu’elle s’écrase, devienne éteinte, Lire la suite

Publicités

Je suis un NAF

Il fallait bien que ça m’arrive : j’ai arrêté de fumer. Je suis un NAF (Nouvel Ancien Fumeur).

Enfin, j’ai recommencé à arrêter. Comme d’habitude je ne dis pas « j’arrête », je dis : « je fais un break ». C’est moins lourd comme pression et l’idée du plus jamais m’est assez insupportable. Après, le break, et bien j’en fais ce que j’en veux. Il dure un mois, un an, une décennie ou bien encore tout le reste d’une vie.

A bien y réfléchir, c’est facile d’arrêter la clope : il suffit de ne plus en acheter et de ne plus en taxer (et de ne plus ramasser les mégots où il reste plus de blanc que de jaune sur la tige). Et il suffit d’être patient :

Jour 1 : envie de 20 clopes pendant 15 minutes : 300 minutes à y penser ;

Jour 2 : envie de 17 clopes pendant 14 minutes : 238 minutes à y penser.

Notez l’ééééénorme effort en 24 heures.

Jour 26 (mon numéro de jour, ce jour): envie d’une demie clope pendant 2 minutes durant un apéro de reprise de travail avec la jolie Julie : 1 minute.

Notez le nouvel homme en 26 jours.

Bon, je fais le malin mais c’est pas aussi simple que ça, surtout que ce n’est pas scientifique. Si si je vous assure. Si vous êtes arrivés par hasard sur ce site via Google après avoir tapé « arrêt tabac facile » 1/ le référencement est merdique ; 2/ c’est pas doctissimo.fr mais restez un peu quand même.

Non pas aussi simple car la clope, et c’est en ça que c’est une salope, elle est là à vie. Putain, je te le dis Messieurs Dames : à vie. Aussi suis-je comme beaucoup d’autres anciens fumeurs, un fumeur abstinent. Lire la suite